Diogène ou la tête… / Louis Dubost

Diogène ou la tête entre les genoux réunit en un volume, augmenté des croquis à la main du graphiste Matthieu Viellot, les réflexions, les aphorismes, les pensées, d’un poète au grand air en son jardin, estimant que « ce qui passe et se passe dans les cinq ares du potager est toujours à venir, le passé ne reste pas inerte, il est travaillé comme un terreau nourricier par le jardinier toujours en avance sur le présent. » Chaque matin, une fois le café avalé et après avoir bourré la première pipe de la journée, Diogène fait un tour au potager, qu’il vente, pleuve, neige ou fasse déjà grand soleil. Sans idée préconçue ni plan de conduite déterminée, une rencontre en toute simplicité dans la fraîcheur ouverte du monde qui s’éveille.

Court extrait : Les mogettes frelassent dans leurs cosses sèches, le vent d’Est dirige à bon rythme le concert des maracas du potager. Bientôt les haricots blancs seront mis en sac avec des gousses d’ail pour décourager les bruches. Et cet hiver, après dégustation d’un jambon-mogettes ou bien de larges tranches de pain grillées, frottées à l’ail et tartinées de beurre salé, puis recouvertes d’une épaisse couche de mogettes, le ventre fera lui aussi entendre de la musique.

De l’avis de Gérard Lambert-Ullmann : « L’Abricot et ses fesses d’ange, l’Ail “cocaïne des pauvres”, l’Artichaut strip-teaseur, l’Aubergine et ses siestes coquines, la Bette qu’on se refuse à voir Blette, la Bibite à patates, la Carotte qui “n’est pas seulement l’un des sex-toys préférés de jeunes moniales encanaillées sous le soleil de Satan”, le Cannabis qui envoie les pucerons dans un grand trip, les Citrouilles “bien mieux que le viagra”, le Haïku des coccinelles, le Concombre démasqué, les Couilles du Pape qui ont du mou, les Mogettes “maracas du potager”, le Liseron de Queneau (C’est en lisant qu’on devient liseron), le Pâtisson qui “travaille du chapeau”, la “Karchérisation pesticide”, et même les escargots qui “ne sont pas de chauds lapins”, ils sont tous là, avec tant d’autres fruits, légumes, instruments, visiteurs du jardin, rangés dans un bel ordre alphabétique parce que c’est le désordre selon Vialatte et donc l’insolite, la surprise, la poésie. »

Diogène ou la tête entre les genoux, 119 pages, 16 euro

PayPal Logo

Notes & articles : le blog de Pascale Busson-Martello ; le blog Mediapart de Jean-Claude Leroy ; Recours au poème ; Claude Vercey in Décharge n°838 ; Gérard Lambert-Ullmann pour Mobilis Pays-de-la-Loire ;

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :