Ce vide lui blesse la vue / Denis Montebello

Ateuritus, ouvrier, vivait à Poitiers au IIe siècle a.p. J.C. Homme de peu, naïf, il s’était épris d’Eutycha. Celle-ci tarifait l’amour. Déçu, il grava sa rancœur — le premier sexto de l’Histoire — sur une brique, qui a été retrouvée, pour le plus grand bonheur de l’écrivain Denis Montebello : il en a fait un livre drôle, inventif et coquin.

Court extrait : Il n’empêche que cette brique inscrite a subi un traitement spécial, un sort peu enviable. Elle a été doublement méprisée, en raison de l’humilité du support, à cause de la brièveté du message, mais aussi parce que ce Gaulois est un goret, et que ce n’est pas bon pour notre image. Aussi a-t-elle failli retomber dans l’oubli. Et cet oubli aurait été définitif si le hasard n’avait guidé mes pas, ou plutôt mes yeux, puisque c’est en errant comme je fais souvent sur la toile, en déambulant sans but que je suis tombé sur ce curieux message. Remercions donc le hasard objectif, et Florimond Bonsergent, le célèbre bibliothécaire de Poitiers et collectionneur, pour ce trésor qu’il nous offre et qui enflamme, je n’en doute pas, vos imaginations en même temps qu’il excite notre sagacité.

De l’avis de l’éditeur : « Denis Montebello est écrivain de tempérament. Tous ses livres, soignés et facétieux, révèlent une inquiétude de l’inventaire, le souci de répertorier ce qui est inédit, cocasse, sensible ou comestible, gallo-latin, d’art brut, porte, puits, nom d’homme ou registre obituaire, claustra, clé de voûte ou celle-ci en pénétration, pierre de pré, milliaire ou de patte-d’oie, os paléochrétien, menus et listes des soupes, inscriptions et tessons, fragments et cassons peints ; toutes choses que cet archéologue sublunaire conserve et nettoie à l’alcool d’un style si fin qu’elles devraient durer encore un peu, après & malgré nous. Une enquête, une fouille sur le terrain, in situ, et littéraire « pour ne rien arranger », menée autour de la brique — si licencieuse, grossière, si évocatrice — dite d’Ateuritus, n’était pas, dès le manuscrit, pour nous déplaire : c’était jeter, à notre façon, un pavé dans une petite mare ; c’était aussi nous laisser croire encore à la possibilité, à la consolation, dans l’équation de la vie moderne, de quelques invariables. « 

Ce vide lui blesse la vue, 79 pages, 13.50 euro

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :